Santons en fête à Tarascon : la suite.

Publié le 27 Novembre 2007

Pour les languedociens, passer le Rhône c'est pénétrer en Provence officielle, dans le département des Bouches du Rhône. Il s'agit certes d'une frontière mais le pont qui s’étire en longueur offre à la vue une arrivée grandiose, de plein pied au pays des grandes figures légendaires. Tarascon, c'est bien sûr Tartarin. Mais bien avant lui, Sainte Marthe est la grande figure historique à laquelle les tarasconnais sont redevables d'avoir vaincu la tarasque, ce dragon qui hantait les bords du Rhône et semait la terreur. Il s'agit bien de la Marthe des évangiles, la sœur de Lazare et de Marie Madeleine. Selon la légende, victime de persécutions elle a été livrée au fil des eaux sur une embarcation de fortune avec Sara, Marie Jacobé, Marie Salomé, Lazare, Maximin et Marie Madeleine. Emporté au gré des courants, l'équipage a échoué sur nos rivages, aux Saintes Marie de la Mer où sont vénérées lors de différents pèlerinages annuels les reliques de Marie Salomé et Jacobé et la statue de Ste Sara patronne des gitans.
L'église collégiale de Tarascon, une des plus anciennes de Provence est édifiée sur la crypte du tombeau de la sainte morte vers l'an 81, au tout début de l'ère chrétienne. C'est une pure merveille
d'architecture, un livre d'histoire vivante où la civilisation et la culture de Provence sont sculptées dans les pierres.    

Quel pays béni des dieux ! Déjà, quand venant de Nîmes, on arrive à Beaucaire, on est accueilli par le monument érigé à la gloire de Goya, taureau légendaire du manadier Henri Laurent aux Marquises. Beaucaire est un haut lieu de la course camarguaise et à la sortie de la ville, en surplomb du canal, juste avant le pont du Rhône qui sépare les deux villes, s'élève le mémorial à la course camarguaise, avec une autre statue de taureau célèbre, Clairon.

Nous voilà bien loin des santons me direz-vous ! Hé bien non, pas du tout, nous sommes en plein dedans. Les taureaux de Camargue font certes partie de nos traditions. Mais pas simplement cela. Au delà, ils représentent ce que notre culture a de plus vrai et de plus authentique. Nous voilà bien loin des images à touriste pressé que véhiculent la partie de pétanque ou de cartes et autres lavandes en tout genre qui - oui je sais que je rabâche et excusez-moi si je me répète - relèvent à mes yeux d'une sous-culture et propagent une idée édulcorée, superficielle de ce qui fait l'art de vivre dans ce pays. Alors oui les taureaux et les raseteurs, véritables seigneurs de Provence et du Languedoc, méritent d'être santonnifiés même s'ils n'ont pas grand chose à voir avec l'évènement que représente la scène de la nativité de Jésus. Leur présence dans une crèche provençale est le signe de cet attachement à la fé di biou que seuls les afeciounas peuvent comprendre. Nous autres, enfants de ce terroir, nous nous reconnaissons bien là dans ce culte du taureau sauvage, que l'on fait courir dans nos rues et nos arènes (rien à voir avec la corrida) et que l'on vénère comme un don exceptionnel fait par la nature. Oui, il y a quelque chose de païen dans ce culte du taureau. Alors raison de plus pour l'intégrer dans la crèche où il trouve sa place aux côtés du divin enfant.  

Sylvie de Marans, je l’ai déjà écrit, fait des taureaux surprenants de réalisme. Elle s’est encore surpassée en présentant une nouvelle gase, cette scène des taureaux traversant une roubine ou une étendue d’eau. A côté un cheval harnaché dans tout son éclat pour fêter la St Eloi. Puis le même cheval mais attelé cette fois à un rouleau. Une pure merveille ! Presque pas le temps de lui parler, tant elle est affairée avec son ami à répondre aux sollicitations des curieux et habitués qui prennent d’assaut son stand ! On sent à travers ses réalisations le travail du geste sûr du sculpteur qui va droit à l’essentiel sans s’encombrer de détails inutiles.

Isoline Fontanille est là elle aussi bien sûr avec ses taureaux, son gardian qui n’est autre que le Marquis de Baroncelli à cheval et bien sûr ses nouveautés. Parmi elles, un étameur, l’estamaire, très évocateur, saisi en plein travail. Un nouvel aiguiseur tout aussi attachant, l’amoulaire, et le déjà fameux berger violoniste avec les autres figures de bergers et les scènes pastorales qui occupent une place de choix dans sa collection. Elle a la riche idée de faire des moutons isolés, posés sur leurs seules quatre pattes, sans socle, ce qui permet de composer soi-même le troupeau que l’on veut avec beaucoup de réalisme avec la possibilité de serrer les bêtes les unes contre les autres. Du grand art, un style personnel, très expressif et des couleurs douces, naturelles qui sont bien celles de la terre de Provence. Images. A l’image des moutons de ses troupeaux, la foule des admirateurs se presse autour de ses créations.

Sous les arcades d’en face, Lou Christou, souriante, accueillante, est aussi affairée que ses santons. Spécialisée dans les métiers avec leurs accessoires, l’aspect naïf de ses sujets toujours en mouvement leur donne encore plus de vérité, d’authenticité. J’ai déjà fait voir ses œuvres récentes qui étaient exposées à Villevieille ; Garons, Calvisson.

A côté, la famille Rampal n’arrête pas de déballer maisons et constructions qui envahissent leur baraque foraine. Originales, faites en matériaux traditionnels, véritables pièces uniques, vendues à des prix raisonnables, j’exagère en peine en disant qu’elles s’arrachent comme des petits pains. Taureaux et gardians sont aussi présents à côté de santons grands et petits, dont la série des enfants jouant à la sortie de l’école.



Fichier hébergé par Archive-Host.com


Sylvie de Marans, la gase.

Fichier hébergé par Archive-Host.com


Sylvie de Marans, cheval de la St Eloi.

Fichier hébergé par Archive-Host.com


Sylvie de Marans, cheval attelé tirant un rouleau.

Fichier hébergé par Archive-Host.com


taureaux d'Isoline Fontanille.

Fichier hébergé par Archive-Host.com


taureaux de l'atelier Rampal.

Fichier hébergé par Archive-Host.com


Scène de Camargue par Isoline Fontanille.

Fichier hébergé par Archive-Host.com


chanteur de rue, Sylvie de Marans.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Scène du puits de la pastorale Maurel. A l'aide d'une corde, la bande de joyeux lurons retire Pistachié du puits où le Bohémien l'a jeté.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Moutons.  Isoline fontanille.



Fichier hébergé par Archive-Host.com

Berger jouant de la flûte, Isoline fontanille.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

La farandole provençale par Isoline Fontanille.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Cueilleur d'olives par Isoline Fontanille.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Rémouleur et rétameur par Isoline Fontanille.
à suivre...

N.B.
J’ai déjà évoqué plusieurs fois ici mes visites à Tarascon dans ces articles :
Les tableaux de l'Adoration des bergers et des rois à Tarascon.
Le mystère du tableau de la tombe de Ste Marthe à Tarascon. (suite 2)
Ste Marthe et Tarascon.
Et l'an dernier j'ai longuement présenté la foire aux santons avec de nombreuses photos.

Rédigé par Daniel

Publié dans #Foires aux santons

Repost 0
Commenter cet article

LUCQUIAUD 30/11/2007 11:18

Toujours de merveilleux articles et un plaisr de découvrir la Provence et le pays languedocien grâce à ces remarquables santons.Ici, c'est l'expression toute simple qui est privillégiée mais si proche de la Vie . Autour du Nouveau Né , belle parade des métiers . Tous ont part à cet événement et c'est justice ... Dieu est aussi et surtout parmi les petites gens ...Amical bonjour des farfadets

olaf 29/11/2007 04:20

Un blog passionnant...

Cintu 28/11/2007 12:45

Article bien précis,il me semblait être présent à Tarascon et sa foire,grâce à ta description et photos.Merci .

d.didier 27/11/2007 23:01

cette foire de Tarascon a brillé cette année encore d'un record d'affluence . les petites rues , les arcades , et le cloître se prêtent à une belle balade agrémentée d'une animation folklorique toujours appréciée.merci encore cher Daniel de nous faire partager toutes ces connaissances autour de nos passions communes. . .@micalementd.didier

mikel54 27/11/2007 22:38

Toujours aussi passionnant de pouvoir suivre à distance ce qui se passe en provence que j'espère bien rejoindre à l'été prochain......Merci pour ces magnifiques articles.Mikel54

Daniel 28/11/2007 10:11

Bonjour et merci pour votre commentaire. Oui la Provence est un pays magnifique mais ce petit bout du Languedoc qui la jouxte de l'autre côté du Rhöne ne manque pas de charme non plus.