La 76ème cocarde d'Or d'Arles (suite 2)

Publié le 8 Juillet 2007

La suite de la course de la Cocarde d'Or en Arles.

Les trompettes de la renommée qui exécutent les différentes sonneries réglant le temps des entrées et sorties des taureaux.  
Juste au-dessous, les tables de la présidence où sont prises les décisions  et  rendus les arbitrages.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

premier taureau de la course : Candelo de Guillierme et Mickaël Matray.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Encore Candelo et Matray qui n' a pas ménégé ses efforts tout au long de la course.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Candelo et un raset ( selon toute vraisemblance ) d'Allouani. Rapide, efficace, attentif au déroulement de la course, prêt à intervenir au bon moment. Mais pour ce qui est de l'art de raseter un taureau, il me semble bien que notre grand vainqueur ne fait pas dans la dentelle.

Fichier hébergé par Archive-Host.com


Encore Mickaël Matray en action. Il a le geste toujours élégant, qu'il saute une barrière ou qu'il fasse un raset. Selon mon humble avis son art de faire les choses me fait penser à ces raseteurs dont l'art et la technique honorent leur profession. Son approche du taureau s'inscrit dans l'esprit de ce qui, aux yeux du simple amateur occasionel que je suis, ressemble à la vraie tradition.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

A suivre...

Rédigé par Daniel

Publié dans #taureaux et raseteurs

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Danielle 03/08/2007 07:37

Bien triste ce reportage sur la corrida, il en dit long sur la cruauté et la bétise des hommes.

Daniel 31/08/2007 09:53

Bonjour Danielle je crois que tu fais une grave confusion : la course camarguaise, qu'on appelle justement course libre, n'a strictement rien à voir avec la corrida. Les taureaux cocardiers vivent paisiblement au terme de leur carrière, quand ils deviennent trop âgés pour courir dans les arènes. Et quand ils meurent de leur paisible mort on les enterre debout et un monument sur leur tombe vient rappeller aux passants le souvenir de  leurs jours de gloire. Les plus illustres ont même droit à des statues comme à Baucaire, Lunel etc...Les règles de la course camargaise sont strictes et faites notamment pour éviter au maximum que des blessures soient causées par les raseteurs quand ils vont chercher les attributs entre les cornes du taureau. Va voir sur le site de la Fédération Française de la Course Camargaise comment se déroule une course. Rien à voir, rien du tout, avec la corrida. Ici pas de boucherie, mais gloire et respect pour le taureau quand il rentre au toril après avoir défendu ses attributs !