La Cocarde d'Or à Julien Rey, celle du courage à Mickael Matray.

Publié le 6 Juillet 2011

 

On s'attendait au pire et on a eu le meilleur.

 Julien Rey vainqueur de la 80 ème cocarde d 'Or.

Mickael Matray de la race des seigneurs.

 

La Provence est vraiment le pays de la tradition par excellence. Après l'élection de la 22ème Reine d'Arles, celle du Félibrige aux Saintes, voici que la 80ème Cocarde d'Or a renoué pour cette anniversaire avec la pratique ancienne de la course libre ouverte à tous les raseteurs sans limitation de nombre. Ils étaient donc plus de 50 à vouloir vivre cet évènement unique en ce lundi 4 juillet à l'heure du paseo dans les arènes. Moment d'émotion intense. Une belle foire d'empoigne en perspective, avec la crainte que les taureaux n'arrivent pas à s'imposer et se démoralisent face à un tel déluge de blancs. On s'attendait au pire et on a eu le meilleur. Une Cocarde d'Or comme on n'en avait pas vu depuis longtemps, de mémoire d'afeciouna. Un vainqueur Julien Ret, jeune raseteur arlésien qui mérite amplement sa victoire et aussi pour ne pas dire surtout un Mickael Matray de la race des seigneurs, vaillant et combattif jusqu'au bout, qui n'a peur de rien, que rien n'arrêtera, pas même le pourtant ô combien dangereux coup de corne de Mornes qui lui a déchiré le tee shirt en lambeaux. Sa rage de vaincre force le respect, peu importe s'il fait ou non des points. Arles renouant en ce jour avec la pratique du garrot comme attribut à décrocher sur un des taureaux de la course, à savoir Titouan, Mickael a été le seul des raseteurs à parvenir à s'en emparer, mais sans être récompensé par une présidence aveuglée par son règlement, quelques bouts de tissu restant accrochés au dos du taureau. Lundi à Arles, Mickael Matray a retrouvé le chemin de l'honneur et de la gloire. Il n'a pas gravi pourtant les marches du podium, mais le public l'a ovationné comme héros du jour !

 

Julien Rey vainqueur de la 80 ème cocarde d 'Or.

 Ce jeune raseteur arlésien a été combatif et pugnace. La chance lui a souri. Il a levé une ficelle de Co Blanco qui lui a donné la victoire, une victoire méritée saluée par une immense ovation de l'arène.

Avec autant de raseteurs il n'était pas question de s'attarder sur la qualité des rasets. Pouvoir s'approcher du taureau et monter aux cornes au terme d'un parcours dangereux et semé d'obstacles était une entreprise des plus difficiles réservée aux raseteurs les plus aguerris. A ce jeu de massacre le jeune Amine Chekade s'est appliqué avec une belle vaillance en première partie surtout. Tout comme Anthony Ayme qui s'est bien battu et bien sûr Martin Cocher qui emporte le la 2ème place.

Les taureaux ont surpris. On les voyait déjà pris au piège de la nuée blanche, enfermés, dominés, on a vu un tout autre spectacle, un merveilleux premier, Bambou de Chauvet, plein de noblesse, acceptant rasets et séries et puis se dégageant de la mêlée, tête haute, le pas décidé, traversant l'arène pour changer de terrains sous les applaudissements du public et ce à plusieurs reprises. La course s'annonçait sous de bons augures. Les taureaux suivants, moins brillants certes mais sachant chacun avec son style s'imposer quand il fallait et surtout bien s'affirmer face à la foule des adversaires. Du beau et bon spectacle avec des raseteurs décidés, combattifs dans un désordre plutôt bien maotrisé, presque organisé. Quelques moments de frayeur, de bousculade, de poursuite aux planches et Co Blanco barricadier notoire de la manade Lautier qui enlève le prix du meilleur taureau de la course.


la course camarguaise retrouvant sa liberté d'avant a pris un sacré coup de jeune.

Alors qu'au niveau fédéral le navire prend l'eau de partout, la course camarguaise retrouvant sa liberté d'avant a pris un sacré coup de jeune. Le public était là, enthousiaste, enfin ravi de revenir sur le chemin des arènes, surtout celles d'Arles, ce monument à la gloire de notre culture méditerranéenne, coeur battant de nos traditions plus vivant que jamais ! Osco !

 

Résultats:

80e Cocarde d'Or : Julien Rey, 10 points, vainqueur. Martin-Cocher, 9 points, second. Auzolle, 6 points, troisième.
Prix des Arlésiens : Villard, 4 points.

Meilleur taureau : Co Blanco de Lautier.

Points pour les autres compétitions en cours :

Trophée des As : Rey, 11 points ; Martin-Cocher, 9 ; Matray, 8 ; Auzolle, 7 ; Four, 5 ; Marquier, 5 ; Poujol, 5 ; Villard, 4 ; Clarion, ,4 ;  Sabatier, 4 ; Ayme, 2 ; N. Benafitou, 2 ; Chekade, 1.
Trophée des Raseteurs : Miralles, 3 points.
Trophée de l'Avenir : Fouad, 3 points ; Alarcon, 2.

 

Bambou de Chauvet, excellent 1er taureau :

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Bambou de Chauvet, arrivée fracassante aux planches.

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Bambou de Chauvet après Auzolle, sous le regard de Mickael Matray au centre qui semble diriger la scène.

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Bambou de Chauvet se dégage et change de terrain.

 

Fichier hébergé par Archive-Host.comBambou de Chauvet poursuivant Mickael Matray très présent.

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Bambou de Chauvet poursuivant Anthony Ayme

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Bambou de Chauvet après Romain Gros qui ne rasetera pas comme à son habitude.

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Julien Rey au centre s'élance vers Bambou. Derrière lui les autres raseteurs alignés sont dans l'exspectative. Image prémonitoire. Déjà en ce début de course Julien Rey montre son envie de gagner!

 

A suivre...

 

Rédigé par Daniel

Publié dans #Taureaux et raseteurs saison 2011

Repost 0
Commenter cet article