Salon d'Arles : les Devouassoux, 4 générations de santonniers

Publié le 9 Janvier 2010


La famille Devouassoux au Salon d'Arles :



Rodolphe Devouassoux crée des santons d’argile et des santons habillés.


L’histoire des santons DEVOUASSOUX commence avec Rodolphe né en 1898.Il est issu d’une famille Savoyarde arrivée en Provence dans les années 1920. Rodolphe est un grand amoureux du petit santon d’argile, si cher à cette Provence qui l’accueilli. Dans son travail il bénéficie de beaucoup de temps Libre et s’essaye donc, dans les années 1930, au modelage de petites figurines. Pris par la passion de l’argile il prend une retraite proportionnelle et devient artisan santonnier en créant une petite entreprise avec son épouse. Il crée une série de santons d’argile ainsi que de santons habillés tout en continuant à loisir l’art de la peinture.


Julien avec sa jeune épouse Huguette se spécialisent dans le santon en céramique.


Lorsqu’on est santonnier, toute la famille baigne dans ce monde de joie qu’est la venue de l’enfant Jésus sur notre terre de Provence. Ainsi en 1945, à la fin de la guerre, son fils aîné Julien (06/04/23) avec sa jeune épouse Huguette (23/02/25) créent à leur tour leur propre artisanat avec quelques ouvrières.

Ils se spécialisent dans le santon en céramique et reprennent ainsi une très ancienne tradition santonnière.

Leurs enfants, Christiane (23/02/43) et Gérard (20/08/45), sont élevés parmi l’argile la peinture et la foire aux santons de Marseille.


Christiane reprend la fabrication de son père des santons d’argile peints


Christiane reprend la fabrication de son père des santons d’argile peints dans les années 80.


Gérard veut faire du santon habillé


Gérard lui de tout petit est un passionné, il apprend le métier en regardant ses parents, pour lui c’est évident lorsqu’il sera grand il sera non pas pompier ou coureur automobile il sera santonnier.

Gérard veut faire du santon habillé, dans les années 60 presque personne n’en fabrique.

La plupart des santonniers travaille le petit santon d’argile peint. La tradition du santon habillé s’étant perdue à la fermeture des églises sous la révolution française.

Gérard veut renouer avec cette tradition et redonner au santon habillé le rang qui était le sien.

Il commence en1968 à créer sa série de santons avec les personnages principaux. Avec sa mère Huguette il crée en1973 la SARL Provence Santons. Le père d’Huguette avant la guerre possédait un atelier de confection, elle met donc en pratique l’enseignement reçu au profit du santon habillé. A l’époque on trouve sur le marché du santon essentiellement des modèles de 32, 30,18cm. Gérard voulant imposer sa production crée donc sa série en 25 cm plus adapté à l’intérieur de nos maisons.

En 1995 la foire aux santons de Marseille est dissociée du syndicat des Santonniers et Gérard devient président de l’association de la foire aux santons de Marseille.

 

Sandrine rentre dans l’entreprise en 1988


Les enfants de Gérard : Sandrine (06/04/68) et Luc (29/12/69) ne sont pas devenus santonniers ils sont nés santonniers. Sandrine rentre dans l’entreprise en 1988. Polyvalente, elle excelle aussi bien dans le maniement du pinceau que dans l’élaboration des petits accessoires.


Luc a intégré l’entreprise en 1998


Luc a intégré l’entreprise en 1998, pour petit à petit succéder à sa grandmère Huguette. Et reprendre la gestion de l’entreprise, qui reste avant tout une entreprise familiale. En juin 2006 Gérard prend sa retraite et la SARL Provence Santons cesse sont activité. Luc s’installe en micro entreprise en octobre 2007, il continue la production des santons habillés en y ajoutant sa touche personnelle. Réalise des pièces uniques de 14 et 20 cm, et qui sait demain peut être, remettra-il au goût du jour la série de son grand père.

(texte  Salon des Santonniers)

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 


 

 


Rédigé par Daniel

Publié dans #Arles: Salon International des Santonniers

Repost 0
Commenter cet article

herve 13/12/2014 09:58

Merci pour ce blog qui m'a permis de decouvrir enfin l'origine des santons en ceramique que j'ai eu de mon grand oncle et qui apres un sejour sur la cote d'azur sont revenus au coeur de notre belle provence !

Daniel 10/10/2015 10:30

Oui bien sûr il existe encore des santonniers artisans qui font un vrai travail d'artistes : Robert Canut par exemple pour la terre cuite et les couleurs, Elisabeth Fontanille pour ses santons habillés avec uniquement d'anciennes étoffes et d'autres encore bien sûr...

thiabaud henry jacqueline 20/02/2015 17:32

depuis les années 70 je suis amoureuse des santons "colette et julien " j'ai commencé a les acheter a Valensole et j'ai finis par trouver leur adresse a Puyvert et bien sur a aller les voir un tres bon souvenir savez vous si les descendants font des salons afin que je puisse avoir le plaisir de les rencontrer et de voir ce qu'ils font??Peut t'on encore trouver des santons de la beauté de "Colette et Julien"???

Barougier 26/10/2012 20:13


Bonjour , j'ai découvert Colette & Julien DEVOUASSOUX dans les années 90, lors d'une expo de santons à Garons (30) Séduite par leur travail , je n'ai acquis que des santons portant leurs noms
"Colette Julien" A l'heure actuelle, j'en possède 17 et cela devient TRES difficile de s'en procurer . Quelques années avant son DC je m'étais rendu chez eux car il faisait mon grand père &
son cheval en argile J"ai découvert leur atelier et leur passion commune dont ils parlaient avec "Amour" Leur travail est INEGALABLE et inégalé  Le travail de Colette est aussi exceptionnel
...à mon avis AUCUN santonnier actuel n'a trouvé le secret de vêtir ces personnages, (qui exercaient des métiers pratiquement disparus aujourd'hui), comme ils l'étaient autrefois Bravo COLETTE
& JULIEN et grands mercis

Roucairol 02/09/2016 14:33

Bonjour,
Même si ce message date, je vous envoie ce mail :
Je viens d'hériter de mon père de 17 santons artisanaux originaux, de très belle qualité. Il vallait à l'époque 1000 F pièce. Je souhaiterai vendre ce lot. Si vous êtes intéressé, contactez-moi et je vous enverrai des photos.
Cdt
C. Roucairol

Daniel 31/10/2012 11:21



Merci pour votre témoignage. C'est toujours intéressant de découvrir comment et pourquoi on découvre un santonnier auquel on s'attache ensuite. Moi aussi c'est à Garons que j'ai découvert il y a
30 ans Paul Fouque aujourd'hui disparu mais qui a laissé le souvenir d'un santonnier admirable tout comme les Devouassoux.



cathia fournier 16/03/2011 10:22



c'est avec beaucoup de nostalgie, que j'ai redécouvert les sites concernant l'incomparable artiste qu'était rodolphe devouassoux, qu j'ai nommé "pépé" durant toute mon enfance aixoise.


en effet, mes parents étaient des amis proches du couple, ma mère a d'ailleurs eu l'honneur de travailler avec lui quelques mois, quand j'étais bébé. je dormais à poigs fermés dans un couffin, et
pépé disait aux clients qui venaient: et voila le petit jésus. les années suivantes, avant que le couple ne prenne sa retraite, je me souviens des visites à l'atelier, un endroit magique pour le
petite fille que j'étais. je suis surprise que vous ne parliez pas de thérese(sa seconde épouse) car elle avait un incomparable talent se couturière, de l'or dans les doigts. mes parents ont
achetés quelques couples de santons habillés; il n'ont pas pris une ride(si on peut dire)


je me souviens du logement de pépé dans le vieil aix, petit et sombre, puis de leur appartement la retraite venue, dans un esemble hlm à proximité du lycée qui à lépoque était neuf. et la cuisine
de tata ! elle était divine! la daube, je ne vous dit pas! et sa devise quand la fillette que j'étais  n'aimait pas quelque plat: je cite : (ne dites pas que c'est pas bon, dites que vous ne
l'aimez pas !!!( chére pépé.....nous avons passés quelques noels ensemble, dans la tradition provençale, je piquais du nez à la messe de minuit, dans la fraicheur de la cathédrale, mais ensuite,
j'étais vite réveillée par le fumet des plats, et les 13 desserts préparés par tata.. j'ai une photo où on les voit côte à côte,tata nous lisant quelques histoires des lettres de mon moulin
qu'ils mavaient offert ce noel de 69 ! grace à eux nous avions fait connaissance d'amis suisses du couple et l'été 70 nous les avions accompagné à Estavaier le lac. Eux logaient dans le chalet de
leurs amis, nous étions au camping..


merveilleuse enfance que la mienne.... tous les ans nous achetions un ou deux santons à pépé qui venaient compléter ma crèche, petits personnages aux expressions si réalistes ! ils n'ont pas
changés, je les installe "religieusement, tous les noels...


j'ai dû rencontrer julien, mais je ne m'en rappele plus. en revanche il est à noter que pépé n'était pas seulement un santonnier exceptionnel, mais également un peintre merveilleux. dans
l'appartement; des toiles occupaient tout l'espace, une plongée dans l'univers de la Sainte Victoire et la provence, certes, mais de tous les paysages que pépé "croquait". les vacances en suiise
étaient pour lui venues d'une expo qu'il avait faite.


du haut de mes 6, 7, 8 10 ans l'univers des santons de pépé était magique. dans l'entrée de l'appartement je revoit son petit cartable de cuir usé par des années de services.


je pourrait écrire encore tant de choses.... ces artistes restent à jamais dans mon coeur et franchement, quand je retourne dans ma ville natale, je n'ai jamais retrouvél "la griffe" de rodolphe
devouassoux.


j'aimerais que Julien lise mon commentaire, peut être se souviens ils de mes parents, olga et jacques.


amicalement : cathia fournier



arlaten 10/01/2010 22:49


c'est volontairement que l'impasse a été faite sur la deuxiéme vie de JULIEN, c'était la volonté de la descendance DEVOUASSOUX. Nous ne pouvions faire autrement que de respecter leur désir


autre 14/01/2010 11:05


Oui, c'est dommage mais l'exposition a l'avantage de bien montrer comment l'oeuvre d'un santonnier peut se transmettre d'une génération à l'autre par l'utilisation des moules anciens qui permet de
poursuivre l'oeuvre d'un santonnier, de lui rester fidèle  tout en apportant des innovations par un travail de création renouvelé par le travail personnel de chaque memebre de la famille.


jacques 10/01/2010 15:32


il est dommage que l'expo fasse l'impasse sur "la 2° vie" de Julien Devouassoux avec les magnifiques santons habillés signés "colette julien"


Daniel 14/01/2010 10:54


Oui dommage mais notre ami Arlaten explique pourquoi. Je connais peu les santons habillés de Colette, si tu as des photos, ça pourrait faire un sujet intéressant sur le forum. Amitiés.