La crèche de l'église de Beaulieu

Publié le 25 Janvier 2011

La crèche de l'église de Beaulieu, Noël 2010. 

Voilà plusieurs années déjà que la crèche de l'église contribue à préserver une tradition qui donne tout son sens à la célébration de la fête de Noël. Représenter le mieux possible le récit biblique de la nativité de façon à éveiller une émotion sincère et vraie au coeur des personnes qui la regardent, tel est le but recherché. Ajouter à la scène des santons de Provence c'est rendre plus proche encore de nos racines et de notre art de vivre cet évènement fondateur d'une ère nouvelle.

 

Notre crèche est réalisée dans un vaste décor naturel sur un fond végétal composé de pins et arbustes de nos garrigues. Le haut de la statue de St Roch se dégage de cette masse végétale. Tel un santon de grandeur nature, le saint surplombe la scène et du coup semble présider aux destinées de ce complexe assemblage de vieux troncs d'olivier ou de bois flottés qui patiemment ajustés les uns aux autres forment une grotte suffisamment vaste et accueillante pour héberger dignement les sujets de grande taille, allant jusqu'à 60 cm de hauteur qui composent la scène de la Nativité. Du côté du village perché sur la colline, c'est Ste Bernadette qui veille sur les bergers et leurs troupeaux.

Les témoignages des plus anciens  permettent d'avancer que probablement ces santons en plâtre d'un style saint-sulpicien au réalisme particulièrement expressif, ayant gardé leur décoration d'origine, sont contemporains de l'église et datent donc certainement de la moitié du XIXème siècle.

D'un Noël à l'autre la crèche s'est enrichie par l'apport d'un tambourinaire, ancien lui aussi, de belle facture, attribué à la fabrique Pellegrini. D'autres ont suivi le même chemin, dont un grand berger entièrement restauré par Arlette Bertello, crèchiste de talent qui réalise la fameuse grande crèche provençale des Saintes Maries de la Mer. Henri Vézolles, santonnier d'Arles qui sculpte et décore dans un mélange subtil de terres naturelles des splendides arlésiennes a rendu au roi mage noir tous ses éclats et lui a restitué le bras porteur du trésor en or dont un accident l'avait amputé. Cette année, il a également créé spécialement pour nous l'ange et le berger auquel il apparaît. Ainsi la crèche prend toute sa signification en présentant les choses comme elles ont commencé, selon le récit évangélique de Luc.

D'autres santons aux signatures illustres, anciennes et contemporaines sont venus au fil des ans peupler
ce paysage qui respire nos garrigues. Ainsi, de Thérèse Neveu d'Aubagne, à Paul Fouque, à Jean-Marie Fontanille , et à Robert Canut de Tulette, un des meilleurs ouvriers de France. Des paroissiens ont offert quelques santons habillés qui viennent compléter les sujets en terre ou en plâtre.

La crèche, c'est surtout et avant tout cette
grande scène de la nativité et des bergers conduisant un troupeau qui s'agrandit chaque année grâce à des acquisitions nouvelles mais aussi  au savoir-faire d'Yves qui a mis la main à la pâte, celle de l'argile au demeurant, pour modeler tout un troupeau. Les maisons du village tout là haut sur la colline sont également de sa fabrication.

 

Mais deux sujets importants manquent encore à la crèche : le ravi et l'aveugle. Le ravi passe son temps à contempler la beauté de la nature et du monde. Il s'émerveille devant le nouveau-né car il sent mieux que quiconque l'importance inouïe de l'évènement. Il  est porteur d'une dimension spirituelle forte. Il a un peu la vision d'un prophète. Il en va de même pour l'aveugle. Guidé par son fils, vivant dans l'obscurité, il va chercher et trouver la lumière venue sortir le monde des ténèbres.

 

Si d'aventure votre chemin passe par chez nous, laissez un message, la crèche est encore visible jusqu'au dimanche 6 février 2011.

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

le montage

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Le buste de St Roch tout en haut de la crèche.


 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

La crèche du 25 décembre

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

  L'adoration des bergers.

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

  L'ange apparaît aux bergers.

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Les rois mages cette année sont arrivés de bonne heure

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Rédigé par Daniel

Publié dans #Crèche de l'église de notre village

Repost 0
Commenter cet article

michel 25/01/2011 23:06



Salut Daniel,


Pour l'aveugle, je n'ai pas oublié que je l'ai promis, mais comme tu as pu le lire sur le forum, j'ai eu quelques problèmes de terre. Avec des formats de cette taille pour la cuisson, il faut
être sur de son coup. A suivre donc.


Ce serait intéressant de photographier les plâtres, il y a des Pellegrini, des modèles toscans plus anciens que l'on retrouve aussi en Allemagne, des Pieraccini et le berger arabisant a l'être
d'être d'Olot en catalogne. Si l'on se base sur Pieraccini, il sont actifs à partir de 1875. Pellegrini dans les années 1860. Le berger saluant (ici de Pellegrini)  figure sous une
forme différente dans les modèles de Raffl entre 1857 et 1882.