En route pour les Saintes, pour la grande crèche provençale... juste en face les arènes

Publié le 2 Décembre 2009

Les Saintes Maries de la Mer... encore une fois et toujours encore.

Les Saintes Maries de la Mer.  J'y retourne encore une fois. Encore une fois et toujours encore. Pourtant c'est jamais la même chose.  Sous un ciel gris, couvert ou sous un soleil timide ou généreux, la lumière change et le paysage avec. Beauté éternelle de la Camargue, comme la mer du poète, toujours recommencée... Nostalgie d'une nature vierge où l'on imagine que vivent encore en liberté, en harmonie avec la nature, les gens du pays, les taureaux et les chevaux sauvages, et aussi les oiseaux, bref tout le peuple de Camargue. Comme un paradis perdu qui aurait encore laissé de belles tranches de bonheur sur cette terre luttant sans cesse contre l'eau, la mer, pour sa survie.

Revenir aux Saintes, c'est forcément passer devant les arènes. Passage d'autant plus obligé que le Centre Culturel est juste en face, de l'autre côté de la rue. Là même où il y a guère plus d'un mois Rodin, noble cocardier des Baumelles, manade saintoise, s'inclinait devant Pasteur de Fabre Mailhan, sacré biou d'Or de l'année, aujourd'hui un autre public, parfois le même, vient en nombre visiter la 11ème édition de la grande crèche provençale d'Arlette Bertello.


On ne va pas aux Saintes que pour les biou

On ne va pas aux Saintes que pour les biou  on y va aussi pour les Saintes bien sûr... pour voir l'église, la crypte, le toit-terrasse et le célèbre pélerinage des gitans bien sûr attire une foule immense, comme les taureaux, les courses camarguaises, abrivados et autres fêtes traditionnelles célébrant la mémoire et la continuité de l'oeuvre entreprise par le Marquis de Baroncelli. Mais en hiver, quand les taureaux sont au repos et les touristes loin d'ici à leur travail, depuis 11 ans, de la région et de partout de plus en plus de visiteurs font le déplacement vers les Saintes pour ce rendez-vous à ne pas manquer avec la grande crèche provençale au centre culturel.

Rendez-vous avec la grande crèche provençale au centre culturel.

Beaucoup reviennent chaque année, comme pour un pélerinage, mais différent celui-là, un vrai pélerinage santonnier où l'on se rend avec joie et enthousiasme, car chaque nouvelle présentation est différente et offre une autre vision des choses avec bien sûr des scènes et des santons nouveaux. Le monde d'Arlette grandit, il change d'une saison sur l'autre. Infatigable elle a toujours quelque-chose à modifier...

L'approche générale, le thème principal est toujours celui de la vie d'un village provençal d'autefois, au rythme des saisons. Cette fois le tableau de la moisson, pourtant splendide, a laissé place au marché aux bestiaux. Chevaux, ânes, boeufs, volaille, maquignons, paysans et autres sont là, affairés, pleins de vie. On ne se lasse pas de s'arrêter sur des détails, des expressions, des visages, des gestes. Bref, c'est toute une tranche du passé qui défile sous nos yeux ébahis.

la Nativité, l'étable avec sur les hauteurs l'ange qui éveille les bergers

Mais dès l'entrée, malgré la masse impressionnante de l'ensemble, dans ce vaste paysage, la première chose qui attire l'attention, c'est la crèche, la Nativité, l'étable avec sur les hauteurs l'ange qui éveille les bergers. C'est la scène de l'éveil des bergers, on la voit comme elle est décrite dans l'évangile de Luc  et au début de la pastorale de Chave. La crèche révèle ainsi d'emblée tout son sens profond, que l'on soit ou non croyant peu importante. La crèche c'est d'abord le récit, l'histoire d'une naissance célébrée depuis le début de notre ère. Elle est, qu'on le veuille ou non, aux racines même de notre culture, de notre civilisation. C'est la Nativité qui justifie toute l'activité et toutes les scènes qu'offre cette vision du village provençal.

Henri Vezolles encore une fois a signé des réalisations qui soulèvent l'admiration de tous


Henri Vezolles encore une fois a signé des réalisations qui soulèvent l'admiration de tous. Ses santons offrent un équilibre rare. Pas d'excès, ni trop, ni pas assez expressifs, mais la vie elle-même, privilégiant le mouvement qui met en valeur chacun des personnages. La décoration qu'en fait Arlette, c'est elle qui peint les créations d'Henri Vézolles, est également sobre, harmonieuse, vraie. Un pur régal ! Vite allez-y, courrez vite aux Saintes...

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 
Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com
A suivre bien sûr...

    

Rédigé par Daniel

Publié dans #la grande crèche des Saintes Maries De La Mer

Repost 0
Commenter cet article