Aux Saintes avec Sara et les gitans (suite 1).

Publié le 3 Juin 2010

"Aimez ce que jamais vous ne verrez deux fois..." 
  

L'autre lundi aux Saintes, j'ai fait beaucoup  de photos. Les gitans posent volontiers devant l'objectif, ça fait partie de la fête, de leur fête, ils sont fiers de voir qu'on s'intéresse à eux, qu'on les considère. Les photos, eux aussi en font bien sûr. Dans la crypte de Sara, après avoir allumé une veilleuse ou un cierge et caressé le visage de la sainte ils prennent la pose à côté de Sara et figent ce moment à l'aide de leur téléphone mobile ou d'un appareil numérique de poche. A chaque temps fort de la cérémonie, quand les chasses des Saintes descendent, que la procession commence, clics, flash et autres objectifs forment un barrage qui empêche l'assistance de vivre l'évènement sans être dérangée par cette intrusion de la technologie de pointe dans l'univers du sacré.

 

Photographes, même simples amateurs comme moi, nous sommes tous plus ou moins des voleurs d'images, des parasites. Pourquoi vouloir toujours figer les plus beaux moments, les plus belles scènes alors que tout passe, que tout est fugitif et s'écoule comme le temps et l'eau de la rivière. Il faut vivre intensément ces moments au lieu de les emprisonner. Pour cette raison, je m'efforce de rester le plus discret possible. Dans l'église je suis resté debout contre un pilier latéral et non pas au milieu de la mêlée, au coeur de la manifestation. Attendant avec patience le moment favorable où l'on peut faire des photos sans déranger tout le monde. Pour prendre des images respectueuses de ce à quoi l'on participe, il faut avoir beaucoup de patience, laisser venir la rencontre et non la provoquer. La chance ou le hasard sont nos meilleurs alliés. Mes plus belles photos sont pourtant celles que je ne fais pas, que je refuse de faire, que je ferai jamais. Ce sont ces scènes fugitives qui garderont à jamais leur secret pour elles. Le poète l'a dit: "aimez ce que jamais vous ne verrez deux fois..."

 

J'ai donc quelque scrupule et un peu honte de faire voir la suite de mon petit reportage. J'espère surtout que cela contribuera à faire connaître ce pélerinage sous son aspect le plus authentique et surtout à donner une vision plus positive, plus valorisante de la communauté gitane.

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 


 

  

Rédigé par Daniel

Publié dans #Arlésiennes - provençaux et gens de Camargue

Repost 0
Commenter cet article