Arles: le sacre d'Allouani, de Géricault et les santons de Vezolles

Publié le 14 Octobre 2009

La fé di biòu dans son temple d'Arles

Dimanche la fé di biòu se célébrait dans son temple d'Arles pour sa grand messe annuelle avec son rituel immuable. Certes le spectacle précédant la capelado manquait un peu de souffle et de grandeur mais les cavaliers de Camargue étaient là, la reine d'Arles aussi dans son costume des grands jours. Elle a fait son entrée majestueuse assise en amazone, portée en croupe par le manadier Jacques Fabre Mailhan qui doit cet honneur à son taureau Pasteur sacré une semaine avant
biòu d'Or aux Saintes. Grand cortège d'arlésiennes en procession pour honorer l'élite des raseteurs appelés à un à un. En ce jour le peuple de Provence et de Languedoc se trouve réuni pour vénérer ses dieux, les 7 taureaux choisis parmi les meilleurs du moment. Tout est là ou presque pour que la fête soit encore une fois digne des grands jours pour le 58ème fois depuis qu'existe le Trophée Taurin.

Me voilà donc parti encore une fois pour Arles en compagnie d'une poignée d'amis. Dès arrivés pourtant si nous nous rendons aux arènes c'est d'abord pour rencontrer la santonnier Henri Vezolles qui a son atelier en plein rond-point des arènes. Spécialisé dans la création de santons réalisés sans l'aide de moules en utilisant des terres de couleur différente son talent est aussi au service des traditions du pays d'Arles. Ses arlésiennes racontent l'histoire du costume. Ses personnages font défiler soius nos yeux tout le charme de la vraie Provence, celle de Mistral, des métiers d'autrefois, des figures de la pastorale comme Bartoumiou et celle des bergers bien sûr. Mais le temps passe trop vite, impossible de s'attarder sur toute les vitrines présentant une collection de santons anciens signés ou non qui nous apprennent à aimer davantage tout ce peuple d'argile.

Il est temps d'aller découvrir la cuisine locale dans un petit restaurant qui ne paye pas de mine mais qui offre une bonne qualité de cuisine à des prix abordables. Mais oui ça existe encore ! Et puis et puis arrive enfin l'heure sacrée de l'entrée dans le temple en se mêlant au fleuve immense de la foule qui va aux arènes. Dehors sur le parvis devant l'entrée principale les musqiues sont déjà là et offrent leurs aubades.

Nous voilà bien installés à nos places, car réservées depuis l'ouverture de la location. Mais sans être déçu pour autant, à le dire franchement, il faut avouer que le spectacle chorégraphique aux couleurs de la ville manquait d'élan capable de soulever l'enthousiasme du public. Pas plus que la course qui malgré quelques grands et bons moments n'a pas vraiment décolé en soulevant des clameurd d'enthousiasme. Pas de raset qualifié de légende comme dans certaines finales. Pourtant les choses avaient bien commencé avec le premier taureau, Géricault de la manade Chauvet. Premier il le sera vraiment, il aura le prix du mailleur taureau de la course. Ce qui prouve bien que les vedettes placées en seconde partie n'ont pas été à la hauteur des espoirs qu'elles portaient même si la course nous a offert d'agréables moments.

Mais au final ce qui l'emporte c'est l'attachement du peuple de la bouvine à ses traditions camarguaises. On a compté pas moins de 10 000 personnes sur les gradins venues communier dans une même foi, celle du
biòu. Impressionnant, émouvant, inoubliable spectacle. Comme le dit Marise Chauvet, la Camargue c'est la Provence et le Languedoc réunis !

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com La foule en marche vers les arènes

Fichier hébergé par Archive-Host.com L'animateur infatigable d ela Gardounenque

Fichier hébergé par Archive-Host.com Jacky Simeon, chroniquer taurin sur Télémiroir, ancien raseteur.

Fichier hébergé par Archive-Host.com La foule à l'entrée des arènes

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.comLa reine d'Arles et le manadier Jacques Fabre-Mailhan

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com
Les demoiselles d'honneur de la reine d'Arles

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.comGleize classé 3ème au Trophée

Fichier hébergé par Archive-Host.comBenjamin Villard, clmassé 2ème au Trophée

Fichier hébergé par Archive-Host.comSabri Allouani salue la présidence

Fichier hébergé par Archive-Host.comMarise Chauvet honorée pour Camarina qui fera en présentation, donc seul en piste, ses adieux aux arènes d'Arles.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com La capelado est terminée, place aux taureaux. En contrepiste, Sabri Allouani entouré de ses amis  se prépare à livrer sa dernière bataille dans les arènes d'Arles. Certes la victoire lui est acquise. Les jeux sont faits, son parcours sur la saison l'a déjà sacré pour la 9ème fois champoin du Trophée, un score que lui seul a réalisé. Son regard en ce moment, face à l'arène pleine de monde, est celui d'un champion qui n'a plus rien à prouver mais qui est bien décidé à aller jusqu'au bout. La course ne lui offrira pas l'occasion de faire un raset historique, inoubliable. Il va pourtant bien remplir son rôle, tenir son rang et encore une fois décrocher les attributs que d'autres malgré leurs efforts n'arriveront pas à atteindre. A Mathis son dernier taureau il ravira encore une ficelle, l'autre malgré ses efforts restera sur les cornes. Carmen !



Rédigé par Daniel

Publié dans #Taureaux et raseteurs saison 2009

Repost 0
Commenter cet article

Michel SERVANT-FERRAZ (Miche) 15/10/2009 10:35


           Bravo Daniel pour ces magnifiques photos qui nous plongent dans l'ambian- ce fiévreuse des courses camarguaises, elles prolongent l'été
et sont les bienvenues par ce temps maussade et frisquet de début d'hiver.
           Et merci une fois de plus de promouvoir avec ta faconde l'art santonnier dans tous ses états. Adisias. Miche