Beaulieu, encore le carnaval.

Publié le 29 Avril 2007

Suite et fin en images du carnaval de Beaulieu version 2007.

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com 

Un brin de nostalgie dans ce regard d'enfant. Comme à regret, voilà déjà carnaval 2007 venir se ranger à son tour dans la boîte aux souvenirs des fêtes de Beaulieu

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Le dernier char, à l'effigie du carnaval, s'éloigne de la place de la mairie et draine avec lui la foule vers le quartier Haut où sur le plan de la cave coopérative il aurait dû être brûlé, ce qui, me dit un participant, est interdit en raison des risques d'incendie. La sécheresse accroit certes le danger, mais il aurait suffit de prendre quelques précautions. Sa majesté Carnaval a échappé aux flammes. Encore une tradition qui se perd sacrifiée sur l'autel du tout sécuritaire.

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

La place de la mairie retrouve vite le calme habituel des jours ordinaires. Calme relatif, interrompu de plus en plus souvent par le flot régulier des voitures qui traversent le village en le dénaturant un peu plus chaque fois. Parfois on se croirait à la ville.

Parfois aussi s'élèvent comme des déchirements les cris et autoradios bruyants des jeunes désoeuvrés qui viennent tenter ici de rompre leur isolement en s'installant sur le banc de l'abri des cars, attendant peut-être le départ pour le pays imaginaire de leurs rêves adolescents.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

A la maison, quand j'étais enfant, nos parents et grands-parents aimaient dire au lendemain des jours de fête : "apres la festa quicon resta" (après la fête quelque-chos reste, c'est à dire la gueule de bois quand on a trop bu, trop fait d"excès).

Pour l'heure, ce qui reste du carnval, ce sont les confetti. Un mois après le vent les balade encore à son gré autour de la place et les disperse un peu partout jusque dans les maisons voisines. Ils viennent s'inviter dans les cours et jardins. Les déloger n'est pas chose facile car on attend toujours dans la rue le passage du dévoué balayeur public. Jadis on l'appelait le cantonnier du village. Encore un métier disparu, vaincu par les balayeuses à moteur, enfin pas tout à fait, car là aussi on attend encore leur intervention.

Cliquer sur les images pour les agrandir.
Photos Daniel.
Reproduction interdite sans autorisation.

 

Rédigé par Daniel

Publié dans #C'est la fête au village - 2006- 2007

Repost 0
Commenter cet article