Cro-Magnon, Descartes et Thuram

Publié le 27 Février 2007

Le crâne de Descartes est exposé au musée de l'homme en compagnie de deux autres : celui de Cro-Magnon et celui - un moulage, bien sûr- de Lilian Thuram. L'ancêtre, le philosophe et le sportif réunis pour illustrer ce qu'est l'espèce humaine, découvrir son unité dans l'espace et le temps. L'être humain est le même partout depuis le début.

Je ne sais pas si Descartes apprécierait que son crâne puisse aujourd'hui servir de modèle pour représenter ce qui caractérise l'humain depuis son origine à nos jours, lui qui donnait plus d'importance à la pensée qu'à la chose matérielle, cette réalité extèrieure du monde dont il n'hésitait pas à mettre l'existence en doute dans sa quête d'une certitude fondatrice. Descartes dans son expérience du doute généralisé à toute chose, était bien plus sûr de l'existence de sa pensée que de celle de son corps ou de son crâne. Il en était tellement sûr (philosophiquement parlant) que seul Dieu était capable de lever l'hypothèse du doute planant sur la réalité du monde extérieur. Dieu seul fait que je ne rêve pas, que le monde est bien réel et non une illusion des sens. L'esprit et  la matière font ménage séparé et c'est grâce à la glande pinéale  que le corps et l'âme marchent ensemble.

Aujourd'hui la science nous enseigne que non seulement nous descendons d'une branche particulière de singes, les primates, mais que nos ancêtres les plus lointains sont les étoiles d'où proviennent la matière et les atomes de notre corps... Nous sommes des poussières d'étoile. Ceci étant l'esprit n'a pas à se sentir honteux de ses origines obscures, surtout quand elles sont aussi lumineuses comme le sont les étoiles. Le Credo évoque lui aussi cette "Lumière née de la lumière". Et reconstituer, comme s'efforce de le faire la science les étapes du passage de la matière à la vie puis aux corps animés ne permet pas pour autant de réduire l'esprit à la matière. Que tout effet ait une cause, personne ne le conteste, mais il n'empêche pas moins qu'il y a quelque-chose de nouveau et de différent dans l'effet qui n'est pas dans la cause.

Tout ceci pour dire qu'un santon est avant tout un objet matériel fait de terre et de couleurs peintes. Il n'a pas une âme, il n'est qu'un assemblage d'atomes, mais il a pourtant ce regard vivant, ce mouvement du corps qui est perceptible alors qu'il est figé, immobile. A vrai dire on n'est pas loin de croire qu'il a une âme. Celle que le santonnier lui a donné bien sûr. De nombreux auteurs ont dit que le santonnier jouait à Dieu le Père. Il pourrait aussi être comparé à dame Nature cette maitresse du libre jeu qui depuis les origines est au coeur des différentes forces qui s'exercent sur les choses pour faire ce qu'elles sont. Bref, mieux que les crânes sans âme de nos trois héros, trois santons les représentant auraient pu à eux seuls exprimer davantage ce qu'est l'humain.

 Deux liens intéressants  sur le sujet : le Musée de l'Homme et  L'Homme exposé. 

 

Dans ma crèche 2006, la scène du lavoir, et au-dessus une vue partielle de la sortie de l'école. Voilà de quoi se persuader que les santons sont bien vivants, qu'ils ont une âme...

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 Pareil pour cette scène de la récolte des olives.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 La fête : les mariés provençaux, les invités, les musiciens, les danseurs et les badauds, la vie quoi...

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Rédigé par Daniel

Publié dans #lou santonejaire

Repost 0
Commenter cet article