Elisabeth Fontanille au coeur de la tradition santonnière provençale

Publié le 28 Septembre 2006

Les santons habillés d'Elisabeth Fontanille expriment quelque chose de plus qui les différencie des autres. Lire la suite...

Cela ne tient pas forcément au fait qu'ils soient ou non plus fidèles que d'autres à mieux reproduire les gestes et attitudes des personnages dans les détails les plus infimes. Non ils ne sont pas forcément comme on dit parfois criant de vérité. Ou alors la vérité qu'ils crient est autre. C'est la vérité de l'artiste, ou plutôt de son monde qu'ils nous révèlent. Son monde est fait de tendresse, d'amour, de simplicité, de sérénité,  de calme, de plénitude. Bref rien à voir avec  l'agitation, la violence, les rapports de force qui secouent le monde et rythment notre quotidien d'aujourd'hui. Pourtant ses créations ne sont pas celles d'un paradis perdu ni d'un univers de rêve. Elles sont bien réelles, montrent une autre voie, une autre vie possible pour les choses et les gens si on veut bien changer notre regard. Ses santons sont finalement optimistes, ils laissent à croire que tout n'est pas perdu, que la violence du nouveau siècle ne tue pas forcément une autre forme d'humanité. En fait elle ne fait que redire à sa façon le message biblique de paix et d'amour qui est celui de la crèche. On est au coeur de la vraie tradition santonnière. On est dans le vrai, pas dans les clichés. On peut en dire autant, dans un genre différent, des santons de sa fille Isoline et de quelques autres comme Robert Canut. On est à mille lieues de la Provence à deux euros avec ses lavandes et ses savonnettes au miel...

 

 

 

 

 

Rédigé par Daniel

Publié dans #santonniers

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article