Traditions et course aux As à Vendargues pour le baptême des arènes

Publié le 10 Juin 2009



A Vendargues même si le paysage n'est pas celui de la proche Petite Camargue, le village vit depuis longtemps sous le signe des taureaux et des traditions. La Nacioun Gardiano est ici chez elle à l'image de son Capitaine Guy Chaptal qui ouvrait l'imposant défilé des cavaliers dans les rues menant aux arènes
baptisées depuis dimanche du nom de Roger Itier. Boulanger de métier il ne doit pas sa célébrité au pain mais au taureau. Il a marqué la vie du village par son dévouement à la bouvine au point de faire oublier son métier de boulanger. Encore une fois la fé di biou a réuni dans un même élan Arlésiennes, afeciouna, habitants et membres de la famille qui ne compte pas moins de 180 personnes dont Henri Itier Président de la Fédération de la Course Camarguaise. Pierre Dudieuzères, maire de Vendargues et cavalier lui aussi a rendu hommage à celui qui s'est battu pour la vie de son club taurin, de ses arènes, leur modernisation. Guy Chaptal a fait son discours en lengo nostro et le président du club taurin la Muleta a trouvé les mots simples et justes qu'il fallait pour qu'on comprenne ce qu'est la passion pour la bouvine vécue au quotidien dans un village.

La course aux as de l'après-midi était placée sous les meilleurs auspices. Le club taurin avait bien fait les choses avec pour la capelado la roussataio et le tri des taureaux en piste par les cavaliers de Renaud Vinuesa et sa fille debout derrière lui en selle entourant de ses bras le cou de son père. La pena La Gardounenque aussi était là avec les arlésiennes et tous les cavaliers.
Mais les taureaux en ont décidé autrement et malgré une bonne entente entre les raseteurs la course n'a pas vraiment décollé. Pas de coup d'éclat ni de longs rasets ou des séries courtes qui font vibrer les gradins. Pourtant Gleize a pris les choses en main et a raseté avec toute son énergie et sa bonne humeur, ce qui fait plaisir à voir et change de ces visages de raseteurs crispés que l'on voit trop souvent. Poujol aussi a été exemplaire et Sebte s'est battu comme un beau diable pour notre plaisir. A la sortie les commentaires de deux anciens villageois étaient quand même satisfaisants. Après tout l'essentiel c'est de voir courir les taureaux en espérant qu'ils vont se préter au jeu, donner le meilleur d'eux-mêmes, ce qui n'est pas toujours le cas, tout comme pour les raseteurs ou tout un chacun. Finalement les animaux sont comme nous, humains trop humains !

Fichier hébergé par Archive-Host.com Les cavaliers s'acheminent vers les arènes.

Fichier hébergé par Archive-Host.com Le capitaine de la Nacioun Gardiano entouré de jeunes cavaliers;

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com Renaud Vinuesa manadier organisateur de la roussataio et de la capelado de la course

Fichier hébergé par Archive-Host.com La roussataio.

Fichier hébergé par Archive-Host.com Les vendarguoises en costume d'arlésiennes.

Fichier hébergé par Archive-Host.com
 

Fichier hébergé par Archive-Host.com Quelques membres de la famille de Roger Itier.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com Pierre Dudieuzère maire de Vendargues et une parente de roger Itier en costume d'arlésienne.

Fichier hébergé par Archive-Host.com Le Maire, le Capitaine de la Nacioun, Henri Itier, membre de la famille et Président de la Fédération Française de la Course Camarguaise.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com
Fichier hébergé par Archive-Host.com Après les discours, l'abrivado.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com Dans la foule, deux afeciouna appartenant à une famille d'un village voisin où la fé di biou se transmet de génération en génération. "Raço racejo".


 

Rédigé par Daniel

Publié dans #Taureaux et raseteurs saison 2009

Repost 0
Commenter cet article