la lumière du berger

Publié le 13 Avril 2006

Les santons, c'est avant tout Noël et la crèche, les fêtes du solstice d'hiver. Nous voici en ce jour du Jeudi Saint tout près de Pâques. Avec la nouvelle lune de printemps, la nature renaît. Les paysages de Provence ont alors des couleurs éclatantes de pureté et de vie qui tranchent avec les habituels champs de lavande et autres clichés du genre.

Voir ici de belles photos sur la Provence au printemps.

Jeudi Saint, jour de fête. Jadis quand j'étais pensionnaire chez les bons pères, après l'office nous avions droit à un bon repas avec du saucisson en entrée, du vin rosé, un plat de viande amélioré, une crème ou un flan pour dessert. Nous fêtions l'institution de l'eucharastie. Puis après nous allions religieusement nous recueillir devant le reposoir en fleurs, illuminé de quantités de cierges, pour une longue veillée de prière pour accompagner Jésus dans sa Passion, son agonie qui débutait dans la nuit avec la trahison de Judas au jardin de Gethsémani... Le lendemain matin nous allions en ville visiter les reposoirs des églises.

Je me suis éloigné de la foi de mon enfance et ce sentiment résiste mal aux assauts de la raison et du temps, surtout quand la réflexion vient s'attarder en tournoyant sur la question du mal. Ce mal présent partout dans le monde, avec pour seul exemple, le spectacle insupportable du massacre des enfants. Comment croire encore en un Dieu bon  disent certains philosophes après l'horreur de la shoah? Vaste débat. Certains expliquent le mal par la liberté que nous avons de choisir entre lui et le bien. Encore faut-il être vraiment libre de son choix. Débat plus vaste encore. Qui dépasse  le cadre de ma modeste pensée et nous éloigne du ton de ces chroniques pastorales.

En attendant, le monde a bien besoin de la lumière que le berger tient à bout de bras pour éclairer ses pas et celui de son troupeau. C'est pourquoi, ce berger, un vieux berger de Fontanille, je le place inlassablement chaque année au devant de ma crèche sur une hauteur, comme porteur d'espoir pour le monde.
Désolé si ce soir la nostalgie m'égare vers de tels horizons, mais je crois l'avoir déjà dit, les santons, la crèche, c'est pas du pur bonheur, c'est juste une façon d'être mieux malheureux. De mieux supporter les malheurs de l'existence qui nous entourent et de garder quelque part un espoir malgré tout.

le berger lanterne de Fontanille

Rédigé par Daniel

Publié dans #santonniers

Repost 0
Commenter cet article

valy 24/04/2006 11:52

la paix ,je crois que c'est un peu une utopie !!!!! dommage!!! quand tu vois qu'on peut se faire tuer pour un lecteur mp3!!!!!qu'est que tu veux que les peuples puissent faire la paix un jour!!!ce serai un rève, un beau rève tout de meme!!!! bisous

Daniel 25/04/2006 23:27

bonjour Valy, oui on a pas beaucoup de raisons d'être optimistes, mais on est forcé de l'être si on veut que les choses changent non?