L'histoire du village : la suite -2-

Publié le 17 Février 2006

Le village : petite leçon de géographie.

Voici ce que dit le chanoine Tarbouriech en 1918
sur l’ « Aspect général du village » :

  

« A 19 kilomètres au nord-est de Montpellier, se trouve le village de Beaulieu qui fait partie du canton de Castries . Ses confronts sont au levant Saussines et Restindières, au midi Saint-Genièz-des-Mourgues, au couchant Sussargues et Saint-Drézéry, enfin au nord Saint-Jean-de-Cornies et Saint-Hilaire de Beauvoir. Comme le Beaulieu de la Côte d’Azur, le Beaulieu de l’Hérault (Bello loco en latin, et Bel lioc dans la langue romane) tire son nom de la beauté de son site. Il est solidement bâti sur la pierre blanche, dites de Castries ou de Beaulieu, qui est si recherchée pour les constructions dans un rayon assez considérable et particulièrement à Montpellier. Le village est relativement assez long du nord au midi et paraît au touriste beaucoup plus important qu’il ne l’est en réalité. »

Apparemment les choses n’ont pas changé depuis. La situation géographique est toujours la même. Mais le lieu est-il encore beau, malgré les lotissements et les maisons individuelles qui ont envahi la garrigue environnante ? Et que dire de la qualité de vie des habitants, notamment ceux du vieux village (dont je suis) qui doivent subir à longueur de journée  le bruit et la pollution des voitures ?

Sur une carte ancienne du Languedoc, datée de 1648, on trouve le nom de Belloc pour désigner le village.

Le nom de Beaulieu apparaît plus tard semble-t’il, au 18ème  siècle.

Le nom de Beaulieu figure sur une carte réalisée entre 1770 et 1775 par Le Jeune et Langelay (carte Cassini).

Belloc, le nom n'était pas mal du tout, dommage qu’on ne l’ait pas conservé.
                                                                                                          à suivre...

Rédigé par Daniel

Publié dans #le village au fil des jours

Repost 0
Commenter cet article