Des goûts et des couleurs...

Publié le 14 Janvier 2008

Voilà qui paraît évident. Il semble bien que oui, par tolérance, par respect pour les autres ou simple courtoisie, on se plie bon gré mal gré à la règle qui veut que des goûts et des couleurs il ne faut pas discuter. Chacun aime ou n'aime pas selon ses propres critères sans pouvoir parfois  en rendre compte ni l'expliquer avec les mots qu'il faut. Il n'est qu'à lire les commentaires des livres d'or ou  des forums sur internet pour comprendre ce que redondance banale veut dire. Même quand une oeuvre semble réaliser l'unanimité au vu du nombre important de commentaires flatteurs. On retrouve toujours plus ou moins les mêmes formules du genre:  "c'est extraordinaire, très beau, superbe, merveilleux, magnifique !"
Faire des commentaires plus pertinents passe par une réflexion plus approfondie qui va au delà du seul sentiment d'admiration spontanée éprouvé quand on se trouve nez à nez avec une oeuvre. La réflexion ensuite, en y regardant de plus près, va soit atténuer notre enthousiasme soit au contraire  l'augmenter en le nourrissant. Encore faut-il vouloir passer au stade de la réflexion, dépasser l'émotion première. Le beau s'enseigne et s'apprend.
Il n'est pas nécessaire d'étre un spécialiste de l'histoire de l'art et de son évolution à travers les époques.  C'est dit-on, une affaire de culture générale. Qui s'intéresse à l'Art, aux différents modes d'expression des civilisations et de leurs cultures  trouve là matière à  formuler des jugements esthétiques mieux argumentés qui ont plus de poids et d'autorité que de simples "ça j'aime ou j'aime pas".

L'art obéit à des critères, des règles qui permettent de se prononcer sur ce qui est beau et ce qui ne l'est pas. Le plaisir que j'éprouve en m'extasiant devant une oeuvre d'art n'est donc pas un simple plaisir d'ordre physique, sensuel. Au plaisir des sens vient s'ajouter celui de l'intelligence, de l'esprit. Et ce plaisir là doit s'apprendre. C'est ce qu'on appelle la culture: un plaisir difficile.

Pour illustrer cela j'ai choisi des oeuvres d'une grande artiste, Liliane Guiomar (exposées au salon D'Arles). Ses santons sont de véritables sculptures et il est difficile dès qu'on les voit de ne pas les aimer.
Il n'en va pas de même avec ses santons anonymes, présentés lors de la journéee des collectionneurs à Montpezat, le 23 décembre dernier. Modelés grossièrement sans souci du détail, ils ont aussi subi les ouvrages du temps. Bref ils n'ont a priori rien qui mérite qu'on leur porte attention. Pourtant quand on y regarde de plus près derrière la maladresse du geste on découvre des formes simples, compactes d'où se dégage une force et une réelle sensibilité d''expression. Ces santons nous parlent et nous émeuvent car le santonnier oublié a su transmettre tous ces sentiments, toute le vie de ses personnages à travers ses formes maladroites et ses couleurs simples. Oui mais il faut y regarder de plus près, chercher leur vérité. Comparés aux oeuvres de Liliane Guiomar, il n'y a pas photo semble t'il. La comparaison semble impossible sinon déplacée, choquante pour certains. Et pourtant ces créatures frustres sont diablement attachantes !

Fichier hébergé par Archive-Host.com


Fichier hébergé par Archive-Host.com


Fichier hébergé par Archive-Host.com


Fichier hébergé par Archive-Host.com





Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Rédigé par Daniel

Publié dans #lou santonejaire

Repost 0
Commenter cet article

jacques lapierre 15/01/2008 18:13

bonsoir, je me permets un commentaire du commentaireeffectivement les santons moulés de qualité sont souvent chers surtout ds les grandes tailles ( cf les 30 cms de M Fouque) mais largement au dessous des prix de Guiomaril est bien évident que mes propos ne sont pas ' loin de là' une critique de L Guiomar, qui est incontestablement une très grande artiste, mais dont certaines oeuvres sont bien loin du "petit santon" sa place est au salon d'arles où chaque santonnier présente son "chef d'oeuvre"tout à fait d'accord pour mettre Canut et Fontanille ds la continuation de JL Lagnel je rajoutterai également E Ricord, M Chave, qui n'est plus en activité,encore d'accord avec tes propos sur MCP, site au demeurant fort bien fait, mais dont certain(es) membres me semblent avoir totalement oublié la finalité de la crèche, la leur étant uniquement la customisation du  santon brut de 7 cmsencore merci pour ton site de grande qualitébonne soiréej

Daniel 15/01/2008 23:25

Bonsoir et merci Jacques pour ce commentaire que j'approuve sans réserve!

Quichottine 15/01/2008 13:39

Je crois que laisser des commentaires pertinents, exactement en rapport avec le contenu d'un article, sans parti pris pourtant parce qu'il ne s'agit pas non plus de dire "c'est nul" parce que si on le pense, il suffit de s'abstenir, ce n'est pas toujours très simple.On peut trouver belle une image et ne pas savoir expliquer pourquoi.On peut rester un long moment sur un texte qui nous a fait vibrer sans pour autant être capable de l'expliquer, et peut-être même sans en avoir envie.Alors, le "Coucou, tu vas bien ? passe une bonne journée !" ou le 'C'est magnifique", ça peut sans doute souvent être traduit par : "je suis passé, je voulais te laisser un mot, je n'ai pas trouvé autre chose, mais je voulais que tu saches que j'étais là, avec toi, sur ton blog, même un tout petit instant..."Pourquoi refuser cette évidence ? On peut aussi ne pas savoir, ou manquer de temps, alors, on a regardé la première page, comme une simple image, elle nous a plu... c'est tout.Et même si le commentaire laissé ne sert qu'à en recevoir un en retour... est-ce un mal ?Je ne sais pas.Ce matin, moi, j'étais passée pour te dire merci... d'être passé une fois sur mon blog, comme ça... parce que j'étais venue sur le tien.Aujourd'hui, je remerciais mes visiteurs, tous, parce que c'est grâce aussi à leurs visites que je peux encore être là aujourd'hui.Ceci dit, si j'avais dû choisir aujourd'hui mon santon préféré parmi ceux de ton article, j'aurais pris celui qui salue, avec un sourire un peu triste, qui se demande ce que l'autre répondra, parce qu'il n'est pas sûr que ce salut convienne...

Daniel 15/01/2008 18:09

Bonjour Quichotine.Non mon article ne vise pas les commentaires pressés que l'on se fait entre blogueurs.  Non, il s'agit plus particulièrement de mon expérience sur les forums ou des sites spécialisés sur lesquels je cherche autre chose que de la simple communication ou des échanges amicaux mais une réflexion ou des échanges plus techniques, plus approfondis sur les sujets abordés. Ceci étant ton choix pour le santon au sourire un peu triste est plutôt de très bon goût !merci et amitiés. 

jacques lapierre 14/01/2008 18:45

bonsoir danielcomme à l'accoutulmée très beau reportage posant les vraies questions les figurines de Mme Guiomar sont d'une facture sans reproche mais, à mon humble avis, ne répondent plus aux critères du santon provençal tels que les avaient édictés sans le savoir J L Lagnel (création populaire reproductible de prix modique) Lagnel avait crée les 2 types de santons encore en vigueur aujourd'hui les sujets simples et les sujets détachés les sujets de Mme Guiomar bien que d'une grande beauté intrinsèque ne sont pas du tout ds cette catègorieds la lignée de Lagnel je mettrai T Neveu, R Pesante, P Fouque,   R Jouve, M Carbonel, S de Marrans Par contre Mme Guiomar ( de même que J E Gaumé) peut se situer ds la continuation de Léon Simon, voire des créateurs napolitains  T Deymier serait entre les 2, Populaire par ses creations pour Escoffier, Sculpteur par ses rarissimes pièces uniques du style de son marché exposé à Arles cette année ou des arlèsiennes de l'an dernier (sujet demandé par un collectionneur)il en est tout autre des petits santons anonymes que tu présentes ensuite ce sont bien les petits santons si chers à Elzéard Rogier qui avait demandé d'être enterré en leur compagnie tout ceci fait partie des débats de fond sur la crèche et les santons (un de plus après les boulistes, le cagaïre, le père noël et autres singeries....)  car n'oublions pas que malgré tout la finalité du santon est d'être ds la crèche malgré ses détours par les vitrines des collectionneurs (dont je suis)amicalement et encore merci pour ton site de grande qualitéjacques

Daniel 15/01/2008 09:33

Oui, le santon est par définition reproductible et les sculptures de Liliane Guiomar n'entrent pas dans cette catégorie. La complexité de ses réalisations rendrait  je crois difficile la reproduction par moulage.  Mais cela n'enlève rien à son talent et c'est pour cela que le salon d'Arles pourtant par définition réservé avant tout aux santonniers lui rend hommage. Je trouve cependant que le prix des santons de moulage ( ceux de qualité) n'est pas si  bon marché que ça !  Oui je pense que les héritiers de Lagnel ne sont pas légion. J'ajouterais à ta liste Robert Canut , Isoline Fontanille et quelques autres dont je n'ai pas le nom dans ma tête.Je regrette d'une façon générale qu'on ne puisse pas débattre plus sereinement sur le site MCP de tout ce qui touche à l'évolution du santon, à sa commercialisation et au sens que l'on donne ou pas à une crèche. La crèche et son histoire occupent de plus en plus une place secondaire sinon accessoire à l'avantage du village provençal qui devient le principal centre d'intérêt. Merci pour tes commentaires qui m'encouragent à poursuivre mon blog.