Santons et scènes d'Isoline Fontanille.

Publié le 5 Novembre 2007

Isoline Fontanille ne se contente pas de réaliser des santons expressifs, pleins de vie. Elle les met en scène et nous fait revivre la vie des paysans d'autrefois dans la campagne provençale. Elle ne se contente pas par exemple de mettre ensemble bergers et moutons, elle leur donne vie sur cette terre faite de rochers, de pierres, de buissons, d'arbres qui peuplent chemins et collines. C'est tout un art de vivre ancestral perdu, disparu il n'y a pas si longtemps, dans les années 50, au milieu du siècle dernier, que nous retrouvons. Nous découvrons les santons, paysans ou bergers dans leur vérité, là où ils habitent, travaillent, souffrent et espèrent. Les scènes d'Isoline évoquent un art de vivre harmonieux entre les gens, les animaux et la nature, un paradis perdu dont a gardé la nostalgie. Au regard du monde actuel devenu fou, des agressions infligées à la nature qui risquent de mettre en péril nos vies, cette sagesse des anciens devient encore plus riche de sens. Certes il ne s'agit pas de la prendre pour modèle, de proner un retour en arrière, les choses et les temps ont changé. Mais sa philosophie, ses principes, gardent toute leur valeur pour inspirer nos conduites d'aujourd'hui, nous encourager à respecter la nature, ne pas gaspiller ses ressources, préserver son équilibre. 

Tout l'art du santonnier consiste à ne pas se contenter de faire de jolies choses mais à créer des oeuvres qui nous parlent. Leur expression artistique doit nous aider à penser les choses d'aujourd'hui. C'est pourquoi les santons d'Isoline ne se contentent pas d'être beaux. Leur beauté n'a rien à voir avec une imagerie saint-sulpicienne. La bonté qu'ils manifestent à travers leurs gestes et que l'on peut deviner au travers des liens étroits qui les rendent proches des animaux de la ferme, n'a rien à voir avec ces sentiments édulcorés tels qu'on les rencontre par exemple dans certains romans populaires à l'eau de rose. Les santons d'Isoline portent dans leur expression artistique une forme de modernité. Au lieu de s'attacher à reproduire fidèlement le moindre détail elle recherche à donner une vision plus brutale pour mieux mettre en valeur un geste, une attitude, un mouvement, un regard, c'est à dire la vérité d'un personnage qui tour à tour peine au travail, se réjouit, s'inquiète ou espère.

Tout cela n'a rien à voir avec la Provence des cartes postales au parfum de lavande que vendent les commerçants et industriels du tourisme. La lavande a été galvaudé à tel point  qu'elle finit par ne plus représenter la Provence mais les bénéfices de l'industrie d'un tourisme de façade, sans lien avec la réalité de ce pays.  A tel point que je me demande si je ne vais pas enlever de ma crèche la scène de la récolte de la lavande. D'autant que la lavande n'est pas cultivée partout en Provence, surtout pas en Camargue. Je crois que dans ma crèche je vais remplacer la lavande par la saladelle ! 


Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

En attendant la crèche 2007 j'ai réalisé cet ensemble avec des cènes et des santons d'Isoline Fontanille ( avec le berger violoniste, création 2007).

Fichier hébergé par Archive-Host.com
 
Troupeaux de moutons à l'atelier d'Isoline Fontanille.

Fichier hébergé par Archive-Host.com Enfant et attelage de bouc, à l'atelier d'Isoline Fontanille.

Rédigé par Daniel

Publié dans #Santons Isoline Fontanille

Repost 0
Commenter cet article

misstralienne 29/12/2008 08:54

Bonjour, J'adore ses moutons, j'espère qu'elle les fait à l'unité également, de quelles tailles sont les santons qu'elle crée svp  ?

Daniel 30/12/2008 00:45


Oui elle les fait à l'unité, ils sont de taille pour des santons de 8cm environ.